Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ducasse d'Ath: " Je crois sincèrement que la décision qui a été prise hier est maladroite et précipitée"

    Imprimer

    IMG_1141.jpg

    Ce samedi, le bourgmestre Bruno Lefèbvre a envoyé aux médias son ressenti. Nous le publions dans son entièreté 

    "Petite pensée que je souhaitais partager avec vous...
    Je connais notre Ville depuis ma plus tendre enfance.
    J'ai l'honneur d’en être le Bourgmestre depuis 2018.
    Dès 2019, alors que je participais à ma 1ère ducasse en tant que Bourgmestre, je me suis fait interpeller assez virulemment par un groupe de pression bruxellois pour une représentation "raciste"
    au sein de notre belle ducasse : le personnage du "sauvage" devenait problématique après 140 ans d'existence au sein de notre folklore.
    Cette 1ère approche fut d'une brutalité sans nom, de nombreux citoyens se firent insulter parfois violemment par ces « bien-pensants » sous prétexte qu'ils publiaient sur des réseaux sociaux leurs
    bonheurs partagés avec ce fameux personnage. Cette réaction extérieure fit l'effet d'une bombe au sein de notre communauté athoise. Le sauvage devenait soudain une représentation raciste. Quelle affreuse méprise pour ce personnage du cortège adulé par nombre d'Athois et qui n’avaient jusqu’alors jamais vu les choses sous cet aspect.
    A partir de ce moment, la problématique mondiale du « blackface » reposait sur les épaules d’une petite ville de 30.000 habitants qui a été soumise à une forte pression médiatique. Les mois qui suivirent furent difficiles et nombre d’évènements et de sensibilisation furent mis en place. Nous souhaitions démontrer notre bonne foi, pour démontrer à quel point ce "sauvage" fut ce son nom mal choisi - n'était à aucun moment un personnage raciste et que telle n’était pas
    l’intention recherchée. Certes, il s’agit d’un personnage comme il y en a dans nos différents folklores, mais si l’intention
    raciste n’est pas, la question de savoir s’il doit évoluer ou disparaître ne devait-elle pas supposer une réflexion de fonds tant au niveau de la population athoise, mais aussi pour le folklore en général ? Nous n’étions pas restés mains croisées depuis 2019, que du contraire ! Nous avions privilégié plusieurs initiatives au travers de rencontres, échanges, tables rondes, sensibilisations pour finalement aboutir à la mise en place d'une Commission Citoyenne du Folklore
    en novembre 2022 qui était l’expression recherchée à l’issue d’un processus réfléchi. Nous souhaitions en effet privilégier la réflexion collective et la pédagogie de manière progressive
    pour ne surtout pas polariser notre population. Cette commission devait non seulement se prononcer sur le personnage dans notre folklore et démontrer l'inexistence d'un quelconque racisme, mais également et surtout organiser une réflexion citoyenne pour déterminer si l'un ou l'autre élément méritait une évolution. Lors de la conférence de presse organisée dans l’immédiateté ce vendredi 2 décembre, je n’ai pu cacher à quel point tout cela m’a impacté émotionnellement.
    IMG_9182.jpgDe par sa décision rapide de nous évincer avec la plus grande des sévérités, l’UNESCO n’a pas souhaité laisser une seule chance au processus démocratique mis en place. L’étonnement était d’autant plus grand puisqu’il était prévu qu’un narratif positif à la conférence de vendredi allait nous permettre de pouvoir travailler avec un calendrier et une mission claire pour réfléchir au devenir
    d’un événement pluriséculaire. Ce gage de bonne foi aurait sans nul doute mérité plus de considération.
    Mon abattement se justifie ensuite parce que la ducasse d’Ath est aujourd’hui la 1ère manifestation exclue de l'UNESCO... quelle claque ! Tout cela est injuste parce que nous avons le sentiment de nous être fait piéger. L'exclusion de
    l'UNESCO n'aurait jamais dû intervenir cette année. Un accord diplomatique existait bel et bien et
    l'intelligence collective, les échanges citoyens et la mise en place de cette commission citoyenne auraient pu permettre une autre issue.
    Les Athois ne sont pas racistes, ne l'ont jamais été et ne le seront probablement jamais. L’image qui émane de cette décision de l'UNESCO véhicule des éléments très réducteurs vis à vis de
    notre population. Elle laisse supposer, à l'échelle de l’humanité, qu'il existe une ville peuplée entièrement d’irréductibles racistes. C'est maladroit et complétement manichéen ! Je voudrais très clairement réexprimer à quel point le folklore athois n'est absolument pas raciste et afficher ma volonté que nous puissions le démontrer aujourd'hui et demain. Ce personnage qui a été créé de toutes pièces et qui existe aujourd'hui depuis près de 150 ans n'a jamais eu pour volonté de l’être.
    Je crois sincèrement que la décision qui a été prise hier est maladroite et précipitée. L’UNESCO a balayé d'un revers de la main le travail que nous avions décidé de mettre en place lors du dernier
    Conseil communal à l'unanimité des groupes politiques. Ce faisant, l’UNESCO empêche l'intelligence collective de se distinguer pour notre bien commun et nos générations futures. Même si la société et ses mentalités évoluent au fil des ans, l’UNESCO ne pouvait simplement fermer le livre en oubliant que quand elle a reconnu notre ducasse, le Sauvage y était déjà …
    Pourquoi, alors que la proposition diplomatique comportait également ce volet, l’UNESCO n’a-t-elle pas accepté avant de nous exclure d’envoyer une délégation à ATH pour poursuivre avec sa
    population un dialogue positif ? Je voudrais également m'exprimer à l'égard de celles et ceux que notre folklore a bien
    involontairement choqué. A toutes celles et ceux qui ont, sans aucun doute avec une perception qu’on doit entendre, le sentiment que nous ne les respectons pas et plus grave encore que nous ne les acceptons pas. C'est une fausse image! Probablement mise en place pour faire valeur d'exemple à
    l'égard de véritables éléments racistes d'autres institutions ou pays.
    J'invite chacune et chacun à venir à la rencontre de notre folklore, de notre population afin qu’ils se rendent compte à quel point l'image que d'aucuns souhaitent nous affubler est erronée !
    Le sauvage est un élément à part entière de notre folklore et la population l'adule avec fierté et enthousiasme.
    La peine que nous ressentons est immense. Aujourd’hui, en ces moments humainement compliqués où ATH est focalisée dans tous les médias, je
    veux être aux côtés de notre population, de notre folklore et je voudrais exprimer tout mon soutien à nos citoyennes et citoyens. Je voudrais également adresser une pensée émue et soutenante à celles
    et ceux qui jadis ont œuvré à une telle reconnaissance de notre folklore et qui ont vu le travail d’une vie balayé sans considération aucune pour notre volonté d’avancer.
    Sans ambages, je voudrais dire à quel point le racisme et la xénophobie seront toujours rejetés de notre beau folklore !
    Enfin, je vous demande, plus que jamais, de faire preuve de respect et d’ouverture d’esprit à l’égard de toutes les communautés de notre belle ville. Ne faisons pas l’erreur de tomber dans les
    amalgames faciles. Ne donnons pas raison à cette décision inattendue qui nous a jugé racistes, à distance, sans nous écouter et par le biais de raccourcis infondés. Ath est une Ville où il fait bon vivre ensemble et mon vœu le plus cher est que cela transpire dans le
    monde entier. Montrons leur que si nous sommes une petite ville, nous sommes avant tout une grande cité de coeur et d’esprit."

  • ducasse d'Ath: Depuis les vacances le MR a mis en place une cellule de réflexion sur la thématique du sauvage athois

    Imprimer

    3162511990.jpgSerge Dumont( MR),modérateur commission interne au MR nous a donné sa position et celle du MR Athois.

    « Depuis le retour des vacances d’été, le Comité MR athois a mis en place une cellule de réflexion sur la thématique du sauvage athois.

    Cette commission a déjà eu l’occasion de s’entretenir et d’entendre les avis argumentés et nuancés d’une anthropologue qui professe notamment en Afrique, d’un Docteur en Théologie, d’un membre de la Direction d’UNIA, d’un jeune Athois d’origine africaine et d’un Historien passionné de folklore.

    Les avis divergent et allaient du retrait à la conservation. Une majorité proposait la transformation mais en respectant les avis des Athois. Tout cela sur fond de pédagogie. C’est en quelque sorte ce que conseille toujours l’UNESCO à cette heure.

    Le MR a voulu entrer en réflexion interne sur le sujet et la dynamique générée est motivante.

    Néanmoins, force est de constater que la réflexion menée et la réaction athoise n’a pas convaincu l’UNESCO, sans doute avons nous manquer le coche en n’utilisant pas la période covid pour nourrir activement la démarche.

    Maintenant, c’est trop tard, l’UNESCO a tranché à notre place et nous sommes exclu de la liste!

    Nous étions passé à quelques milliers de spectateurs ou visiteurs à plusieurs milliards de téléspectateurs, maintenant nous sommes les premiers éjectés et de ce fait montré du doigt. »

  • Ducasse d'Ath: " Aujourd’hui, nous avons l’impression d’être l’objet d’un amalgame"

    Imprimer

    IMG_9192.JPG« Ce midi, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine immatériel a pris la décision inattendue de retirer la Ducasse d’Ath de la liste représentative de l’UNESCO. Cette décision nous attriste profondément. » A souligne le Bourgmestre Bruno Lefèbvre.

    Et de poursuivre « Le débat de ce matin s’est focalisé sur les principes de respect des peuples et des droits de l’homme. Les pays représentés à l’Unesco ont voulu faire un exemple avec le Sauvage de la Ducasse d’Ath.

    Bien entendu, nous condamnons fermement le racisme et nous souscrivons pleinement à tous les principes qui ont été discutés.

    Il est cependant regrettable que l’UNESCO ne nous ait pas permis de mener à bien le processus que nous avions initié. Depuis 2019, nous avons pris conscience de la problématique posée par le Sauvage. Nous avons mené un dialogue ouvert et honnête avec les acteurs du folklore, les associations et la population athoise. »

    Une table ronde a été organisée, un site Web avec des supports pédagogiques avec différents points de vue avaient appelé à la réflexion. Suite à cela, une enquête ouverte a été menée, un travail pédagogique est toujours en cours de réalisation avec les écoles (aussi bien primaires que secondaires) de la Ville. Le personnage du Sauvage lui-même avait déjà fait des gestes d’ouverture.

    317811640_1838738073127547_9058317806287379262_n.jpg

    Voici quelques semaines, le conseil communal de la ville a pris la décision de mettre en place une commission citoyenne du folklore. L’objectif était de consulter la communauté athoise pour dégager une solution définitive à la problématique du Sauvage. « Il est dommage que l’UNESCO n’ait pas tenu compte de cette dynamique positive et citoyenne. Aujourd’hui, nous avons l’impression d’être l’objet d’un amalgame et d’un procès d’intention.

    Nous déplorons que la Ducasse d’Ath, et plus largement notre population dans son ensemble, soit assimilée au racisme. Nous sommes profondément convaincus que notre réflexion doit se poursuivre. La commission citoyenne du folklore devra mener à bien ses réflexions dans les prochaines semaines.

    La Ducasse d’Ath existe depuis six siècles. Elle a connu toutes les difficultés et les aléas de l’histoire. Elle s’est toujours adaptée au contexte de la société. Elle devra une nouvelle fois en faire la preuve. » a regretté le maïeur Athois.

  • Ath: Le Marché de Noël de l'asbl Mon Quartier, c'est ce week-end

    Imprimer

    55551930_634385963676120_8769239662607728640_n.jpgL’asbl Mon Quartier organisera son 12e marché de Noel, au quai de l’Entrepôt à Ath, les samedi 3 et dimanche 4 décembre.

    Il y aura un spectacle de Danse le samedi et la Chorale Zig Zaak nous fera l’honneur d’animer l'après-midi du dimanche 4 décembre à partir de 16h.

    Des animations sont prévues pour les enfants.

    Saint Nicolas sera de la partie le dimanche 4 décembre à partir de 15h.

    Les exposants peuvent déjà s’inscrire dès maintenant au

    0476 99 63 36 ou au

    0492 67 29 41

  • Ath:Le CPAS recrute un(e) infirmier(ère)

    Imprimer

    large.jpegLe CPAS recrute un(e) infirmier(ère) gradué(e) ou breveté(e) à temps plein au sein de la maison de repos (H/F/X)

    Conditions de recrutement
     

    • Être belge ou ressortissant ou non de l’Union européenne (Pour les non ressortissants, être titulaire d’un permis de travail
    • Jouir des droits civils et politiques
    • Être de conduite irréprochable et fournir un extrait de casier judiciaire daté de moins de 3 mois
    • Avoir une connaissance de la langue française jugée suffisante au regard de la fonction à exercer
    • Justifier de la possession des aptitudes physiques exigées pour la fonction à exercer
    • Une expérience dans le domaine constitue un atout
    • Être titulaire d’un diplôme d’infirmier gradué ou breveté
    • Une expérience en maison de repos constitue un atout
    • Satisfaire à l’épreuve orale consistant en un entretien destiné à apprécier la motivation du candidat à répondre aux exigences de la fonction à exercer.
    • Avoir respecté le délai et les modalités imposées pour le dépôt des candidatures ;

    Fonction (Tâches à effectuer) :

    L’infirmier garanti, exécute et est responsable de la qualité des soins prodigués en restant en permanence vigilant aux besoins spécifiques de la personne âgée.

    Il fait participer la personne âgée, sa famille, l’équipe pluridisciplinaire (médecin, kiné, ergothérapeute, logopède, hygiéniste, animatrice, auxiliaire professionnel, personnel d’hôtellerie) au maintien ou à la récupération de l’équilibre physique et psychique de la personne âgée. Il a une connaissance approfondie des aspects techniques et technologiques de la pratique de l’art infirmier en relation avec la fonction :

    • Alimentation et hydratation
    • Hygiène
    • Connaissances et application des traitements
    • Sécurité physique

    Il pratique l’art infirmier dans le respect des règles déontologiques et dans le respect des procédures de soins en équipe pluridisciplinaire.

    Celui-ci effectue les actes techniques comme les injections sous cutanées et intramusculaires, la prise de température et le contrôle du pouls et de la respiration, les injections veineuses (perfusions) sur prescription médicale, la préparation et l’administration des médicaments, la réalisation, la préparation et la surveillance des soins aux stomies, plaies avec mèches et drains, ….

    Celui-ci s’occupe de l’accueil, de la bonne installation, de la surveillance et de la sécurité des résidents et entretien des relations avec ces derniers, plus précisément en ce qui concerne l’information et le conseil au résident et à sa famille conformément au plan de soins et aux prestations techniques autorisées, la prise des appels des résidents et des familles dans les plus brefs délais et la tenue à jour du registre d’appel, la participation et l’accompagnement de fin de vie et l’aide à surmonter le deuil, la tenue des différents dossiers et le suivi de l’évolution de l’état de santé du résident par la tenue et la mise à jour des dossiers médicaux et infirmiers des résidents, ….

    Compétences - savoir-faire – savoir-être

    • Travail méthodique et rigoureux
    • Faire preuve de conscience professionnelle
    • Pouvoir se tenir informé de l’évolution des législations, règlements, …
    • Capacité à s’investir dans sa fonction
    • Faire preuve de disponibilité, d’accessibilité
    • Avoir un esprit d’équipe, le sens de la collaboration et de la solidarité
    • Avoir le respect d’autrui
    • Faire preuve d’ouverture d’esprit, de sens critique, de créativité
    • Pouvoir s’adapter au changement

    Type de contrat

    • Temps plein 38h/semaine
    • CDD ou CDI (possibilité de négociation)
    • Echelle de traitement : D ou B (en fonction du diplôme)
    • Entrée en fonction : décembre 2022/janvier 2023
    • Chèques repas
    • Intervention à 100% dans les frais de transport en commun
    • Reprise d’ancienneté à négocier
    • Primes (fin d’année, attractivité, printemps)

    Introduction des candidatures

    Les dossiers de candidatures comprendront obligatoirement, sous peine de nullité :

    • Une lettre de motivation
    • Un curriculum vitae
    • La copie du diplôme demandé (ou attestation de réussite)
    • La copie du visa
    • Un extrait de casier judiciaire daté de moins de 3 mois à la date limite d’introduction des candidatures

    Ils sont à transmettre, pour le 31 décembre 2022 au plus tard :

    Soit par voie postale à l’attention de Monsieur J. SALINGUE, Président du CPAS d’Ath, Boulevard de l’Hôpital 71 à 7800 ATH

    Soit par courriel à l’adresse secretariat-direction@cpasath.be en mentionnant comme objet : candidature pour le poste d’infirmier au sein de la maison de repos. Tout dossier incomplet ou hors délai sera déclaré irrecevable.

    Les candidats retenus seront invités à présenter une épreuve orale.

    Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter

    Madame Carine SAUVAGE, Directrice générale adjointe

    les jours ouvrables de 8h30 à 16h

    Lien permanent Catégories : CPAS