Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ath: la Maison des Géants a accueilli l’action " Géants solitaires"

    Imprimer

    IMG_2223.JPGCe dimanche 21 mars, la Maison des Géants, fermée au public pour l'occasion, a accueilli l’action « Géants solitaires, mais géants solidaires ».

    Depuis un an et le début de la pandémie, toutes les festivités folkloriques ont été annulées.

    Dans cette période de crise, les porteurs de géants souhaitaient lancer un appel à l’aide et rappeler l’importance du monde associatif, qui, lui également, est durement touché par la crise.

    Les fanfares étaient aussi représentées et pour dire dire aussi qu'elles sont aussi les oubliées de la pandémie...

    GEANTS ATH 2.JPG

  • Ath: Attention, ce lundi la rue aux Gâdes sera fermée

    Imprimer

    IMG_2221.JPGCe lundi 22 mars, une chape de béton sera coulée dans un immeuble de la rue aux Gâdes. Durant ce laps de temps, cette dernière sera inaccessible à la circulation.

    Des déviations seront mises en place selon les parcours suivants :

    Venant de la rue de Pintamont pour rejoindre la Grand’Place via la rue de l’Industrie, le boulevard du Château et la rue de France.

    Venant de la Grand’Place pour rejoindre la rue de Pintamont via la rue du Moulin, la rue de Nazareth, la rue Haute, la rue des Récollets, la rue de la Station, la rue des Frères Descamps et la rue de Pintamont.

  • Ath: Encore quelques jours pour acquérir les macarons de la St Joseph

    Imprimer

    MACARONS ST JOSEPH  2.JPGPour les Athois, les macarons de la Saint-Joseph comptent autant que la tarte à Masteilles, incontournable de la ducasse depuis 70 ans. Ces macarons ne sont vendus que durant la période qui précède la fête des menuisiers le 19 mars. Cette petite douceur qui fait du bien est fabriquée par la famille Pilate.

    Cette famille athoise est active depuis plus de 150 ans dans le domaine de la confiserie-boulangerie. « Au départ, c’est-à-dire en 1870, ce magasin a été géré par mon arrière-grand-père qui y tenait une boulangerie-pâtisserie », rappelle Isabelle Pilate. « Après sa retraite, c’est mon grand-père, Jules Pilate qui a repris le commerce au numéro 23 ».

    Jules Pilate, qui avait deux fils, décède malheureusement au cours de la guerre. Un de ses garçons reprend alors le commerce tandis que l’autre, Charles Pilate, décide d’ouvrir un autre magasin comme nous le raconte sa fille. « Mon père, Charles, s’est dit qu’on n’allait pas ouvrir une seconde boulangerie. C’est ainsi qu’il est retourné à l’école pour embrasser le métier de chocolatier-confiseur. »

    MACARONS ST JOSEPH 1.JPGdes Copeaux de bois

    Une nouvelle aventure pouvait débuter pour Charles Pilate qui allait alors créer un bonbon que le Tournaisis envie aux Athois : les macarons de la Saint-Joseph qui, en principe, ne doivent se déguster que le 19 mars, jour de la fête des menuisiers. « Au 19e siècle, de nombreux ouvriers travaillaient dans l’industrie du bois. On dit que la forme de la friandise rappelle les copeaux de bois. Ce bonbon est une tradition de la ville d’Ath car anciennement la cité des géants abritait de nombreuses entreprises de bois », explique Isabelle Pilate.

    « En réalité, le macaron c’est du sucre qui est tiré et qui est ensuite tourné », poursuit la commerçante athoise. Son papa a continué à fabriquer ce bonbon un peu spécial et l’a même amélioré en produisant un macaron au chocolat, une spécialité maison dont la recette remonte à 1870.

    MACARONS ST JOSEPH 4.JPGAujourd’hui, une autre confiserie fait la renommée de la maison Pilate : Parachute, une sucette dont la forme justifie le nom. Elle est fabriquée artisanalement et est une exclusivité familiale.

  • Ath: La Brasserie des Légendes s'associe à la Brasserie DeRanke pour créer une bière " collab"

    Imprimer

    3639144547.jpegD’une part la Brasserie DeRanke, Dottignies, la plus flamande des wallonnes ou la plus wallonne des flamandes et d’autre part la Brasserie des Légendes, Ath et Ellezelles, bien ancrée dans son terroir, ses traditions et son folklore au cœur de la Wallonie picarde depuis sa création en 2000.

    Toutes deux se réunissent de par leurs valeurs et leur philosophie pour une société éthique, écoresponsable et durable ; de réels repères pour le consommateur d’aujourd’hui.

    La Brasserie des Légendes a donc invité la Brasserie DeRanke afin de réaliser une bière « collab » (en jargon brassicole), le temps de 3 brassins pour une édition très limitée.

    « Ces brassins exclusifs de 15h seront réalisés sur le site d’Ellezelles, dans nos installations traditionnelles en cuivre. Sans en dévoiler trop sur la recette, nous pouvons d’ores et déjà vous communiquer que nos Maitres Brasseurs allieront 4 malts différents aux fleurs de houblons en début et fin d’ébullition.  Autant vous dire que ce nectar ravira les passionnés de bières spéciales et les amateurs d’expériences houblonnées. » souligne Pierre Delcoigne

    ed38622d-a08b-4831-9656-3360169dbb64.jpgCette bière éphémère (la 1ere de la gamme) sera brassée ce 22 mars 2021 grâce à la passion de Pierre Delcoigne unie à la maitrise des fleurs de houblon de Nino Bacelle et l’expertise du brasseur Jean-Louis Lizon.  Elle verra le jour en avril 2021 dans la gamme LEGENDS.

    LEGENDS est une  gamme tendance et moderne de la Brasserie des Légendes qui a vu le jour il y a 2 ans avec la création d’une bière légère et désaltérante – HARMONY. Elle offre une multitude de possibilités originales pour sortir des sentiers battus du monde brassicole traditionnel belge comme la création de bières éphémères, des blends bières-spiritueux, des collab’s avec d’autres brasseries, la découverte de houblons variés et tout cela au gré et envies du bras

  • Ath: La Ville a un gisement pas de pétrole mais de bois

    Imprimer

    _DSC3248.JPGC’est un beau pas supplémentaire que la Ville d’Ath pose à partir de ce jeudi 18 mars dans le cadre de son PAEDC (Plan d’Action en faveur de l’Energie Durable et du Climat).  

    Elle procède pour la première fois au broyage de son bois de coupe (bois résultant de l’activité du service Espaces verts lors des tailles, abattages…) afin de produire du combustible biomasse de type « plaquette ». La Ville d’Ath a en effet un gisement estimé à 125 m³ de bois de coupe ce qui correspond à plus de 30 000 litres de mazout de chauffage.

    Ces déchets de bois seront broyés, transformés en plaquettes, et ensuite mis en andains afin de procéder au séchage. Pour ce faire, les plaquettes sont mises dans un tunnel ventilé et séchées jusqu’à atteindre un taux d’humidité optimal.

    Ces opérations sont menées en partenariat avec l’intercommunale Ipalle qui s’est chargée :

    De réaliser une déclaration de classe 3 « stockage temporaire de déchets » pour les parcelles où seront réalisés le broyage, le séchage et le stockage

    D’identifier le matériel adéquat pour le broyage et criblage de la matière première ;

    De demander les offres de prix pour les prestations de broyage et criblage ;

    De définir le procédé de séchage du produit transformé ;

    De mettre à disposition un tunnel de ventilation ;

    De réaliser une campagne de mesures des températures toutes les semaines afin de suivre l’échauffement du tas de plaquettes ;

    De prélever des échantillons toutes les trois semaines afin d’analyser l’évolution du taux d’humidité. Le plan d’échantillonnage prévoit six points de prélèvement et un échantillon reconstitué ;

    De procéder à la validation du combustible (humidité, masse volumique, PCI, taux de cendres et granulométrie) ;

    De rédiger un rapport technique et économique de l’opération de « production d’un combustible ‘plaquette’ normé ».

    Comme l’a souligné l’Echevin Ronny Balcaen qui a dans ses compétences :  Environnement - Espaces verts

    IMG_5270.jpg« Je me réjouis que les Espaces Verts et le Service Energie collaborent ensemble avec Ipalle à la création de solutions innovantes bonnes pour le climat. En effet, nos déchets verts sont une ressource d’énergie renouvelable, contrairement aux combustibles fossiles qui ont mis plusieurs centaines de millions d'années à se former. Et c’est une ressource locale qui génère donc moins de transport et infiniment moins de pollution lors de son exploitation que le gaz ou le pétrole. Avec ce nouveau projet, notre Ville montre une fois de plus que les communes peuvent elles aussi jouer un rôle important dans la lutte urgente contre le dérèglement climatique. »

    L’échevin Christophe Degand de souligner « « La transition énergétique est inscrite dans notre PST. Transformer nos "déchets verts" en ressources énergétiques locales est une des mesures de notre PAEDC.Le climat, il ne suffit pas d'en parler, en tant que pouvoir local nous avons le devoir de contribuer concrètement à la transition énergétique.et c'est ce que nous faisons.

    La valorisation de "déchets verts" permet une double économie : éviter les coûts liés au traitement des déchets et réduire notre facture énergétique. Elle justifie aussi l’utilité de ramasser nos bois de coupe et de taille ce qui est aussi un coup de pouce pour la propreté et la sécurité des piétons et cyclistes. En devenant producteur de nos ressources, nous gagnons en autonomie et résilience. C'est un bel exemple concret d'économie circulaire. »

    Les plaquettes ainsi produites seront destinées à alimenter une ou plusieurs chaudières « biomasse » communales, ce qui devrait par exemple être le cas prochainement à la salle « La Couturelle » à Ghislenghien.

    Le Bourgmestre, Bruno Lefebvre de conclure « « Cette démarche est l’une des nombreuses actions que la Ville d’Ath met en œuvre en matière d’atténuation, d’adaptation au changement climatique et de lutte contre la précarité énergétique. Ces actions se complètent les unes les autres pour renforcer la politique de d’Energie durable sur notre territoire. »